February 4, 2023

Radio Haiti Fusion

La radio qui va loin

Le personnage joué par Will Smith dans « Emancipation » est Haïtien

L’e dernier film de Will Smith « Emancipation » est inspiré d’une histoire vraie. Réalisé par Antoine Fuqua pour Apple TV+’s, il se base sur la vie Peter, un esclave ayant appartenu au capitaine John Lyons et qui est parvenu à s’échapper.

Peter est le nom de cet esclave joué par Will Smith dans Emancipation. Surnommé « Whipped Peter » pour les multiples cicatrices dans son dos. Dans ce qui est le dernier film en date de l’acteur oscarisé, Will Smith, Peter est un esclave d’origine Haïtienne qui s’est échappé de la plantation du Capitaine John Lyons près de Washington pour se rendre au camp de l’Union en 1863, rapporte le magazine Collider.

« Le film crée pour Peter une famille absente qui doit fournir le récit de la quête et aussi une foi chrétienne obstinément forte, qu’il a peut-être recueillie aux États-Unis – il est censé être né en Haïti », selon The GuardianDans l’histoire, Peter est Haïtien, parle créole, mais sa première langue était le français comme pour la plupart des esclaves en Louisiane à l’époque.

« Le dos flagellé », l’histoiredu vrai Peter ?

Le Collider rapporte que la photo originale a été prise le 2 avril 1863. L’homme sur la photo a été identifié comme étant Peter. Il se serait échappé de la plantation du capitaine John Lyons, 10 jours avant la prise de la photo. La photo du dos de Peter serait en fait créée à l’aide d’un nouveau type de photographie. Les copies de ces photos ont été récupérées et imprimées sous forme de gravure dans le Harper’s Weekly, le 4 juillet 1863. Le 4 Juillet 2017, à l’occasion de la fête de l’indépendance des Etats-Unis, ce magazine sort un article intitulé « Un nègre typique », dans lequel il parle de l’homme sur la photo comme étant Gordon, un esclave qui a parcouru des marais pour arriver au camp de l’Union, en se badigeonnant d’oignons pour éviter les chasseurs d’esclaves. Le Collider rapporte que d’après le Harper’s  Weekly, Gordon s’est enrôlé dans l’armée de l’Union, a été capturé par des soldats confédérés, ligoté, battu et laissé pour mort, avant de se rétablir et de s’échapper pour se rendre, à nouveau, dans les lignes de l’union.

Quand il a été interrogé au Camp de l’Union sur son histoire, il raconte avoir été sauvagement fouetté et que ça lui a pris deux mois pour s’en remettre. Il raconte aussi qu’après cela, on voulait lui faire croire qu’il était devenu fou, qu’il a brûlé ses vêtements et a tenté de tirer même sur sa femme. Lors de cet interrogatoire, Peter affirme n’avoir aucun souvenir de ce qu’on lui reproche. Sa femme a tenu le même discours.

De l’haïtien du personnage principal à la musique du film

Pour ce film, le compositeur Marcelo Zarvos raconte au magazine Varietyque le réalisateur Antoine Fuqua voulait une musique spirituelle mais non traditionnelle.

Le réalisateur Antoine Fuqua était clair sur ses demandes au compositeur Marcelo Zarvos, entre autres, transmettre « le son de la forêt et le son ancestral de Pierre, mais toujours en équilibre avec sa foi chrétienne. Vous avez donc le genre de chœur européen mais aussi d’autres éléments vocaux », a fait remarquer Zarvos. « Il voulait que ça sonne surréaliste, très spirituel et aussi très cauchemardesque. », a-t-il dit à Variety.

« J’avais une feuille de route de quelques mots haïtiens, mais à la fin, c’était distrayant. (Les sons choraux) sont censés évoquer davantage la texture qui l’entoure, le type spirituel de texture religieuse mais aussi la communion avec la nature, presque comme des voix de la forêt », explique le compositeur sur la complexité du travail qu’il avait à faire. Il a aussi eu recours à un chœur de 40 voix accompagné de l’orchestre londonien composé de 75 musiciens, et des solistes du monde entier, parmi eux le chanteur guadeloupéen Joel Virgel, qui maîtrise la tradition vocale africaine.

Le compositeur affirme que c’est un de ses collaborateurs, le spécialiste des bois ethniques d’origine vénézuélienne, Pedro Eustache qui lui a suggéré la trompette en bambou à une seule qu’on entend souvent dans les raras, bands à pieds et groupe Rasin en Haïti.

Le film Emancipation est sorti de manière limitée dans quelques salles américaines le samedi 2 décembre 2022. Le samedi 9 décembre, le film a été diffusé mondialement sur la plateforme de streaming Apple TV+.